MAMADOU ABDOULAYE SOW, ANCIEN MINISTRE DU BUDGET SUR LA POLEMIQUE PORTANT SUR LE VRAI FAUX DECRET DE L’HONORARIAT – «Il y a des indices concordants… que tous les deux décrets ont été fabriqués dans le même service»

0
264

Il existe des similitudes troublantes entre le supposé faux décret n°2020-964, portant sur les avantages «indus» accordés aux anciens présidents du Cese et celui portant le même numéro et considéré comme authentique par les autorités. L’analyse est de l’invité de l’émission Objection du dimanche 31 mai, de la radio Sud Fm, à savoir l’ancien ministre du Budget, Mamadou Abdoulaye Sow, qui en déduit que c’est le même service qui a produit l’ensemble des décrets.

Vraisemblablement, les décrets brandis comme preuves par le Directeur général du quotidien national Soleil, Yakham Mbaye, pour étayer la thèse du complot portant sur un faux décret sur les avantages «choquants» accordés aux anciens présidents du Cese dont l’honorariat est accordé, n’ont pas suffi pour estomper la polémique autour du «vrai-faux» décret.

L’ancien ministre du Budget, Mamadou Abdoulaye Sow en rajoute une couche, sur les ondes de la radio Sud Fm, du dimanche 31 mai. Invité de l’émission Objection, l’Inspecteur Principal du trésor de classe exceptionnelle a balayé d’un revers de main les arguments de faux brandis par le responsable du parti au pouvoir (Apr).

Selon lui, «il y a des indices concordants qui me permettent de dire que le supposé faux décret et le décret authentique publié dans Dakaractu, tous les deux ayant le n°2020-964 ont été intimement fabriqués dans le même service». Comme arguments, l’ancien ministre du Budget fait relever quelques indices pour assoir sa thèse. Tout d’abord, il s’est attaqué aux visas du décret. Il fait noter que dans le supposé faux décret, c’est la loi constitutionnelle relative à la révision constitutionnelle du 28 septembre 2012 qui est visée. Il trouve ainsi «étonnant» que dans l’authentique décret publié dans Dakaractu, ce visa n’existe pas, alors que cette loi existe comme visa dans le décret du 21 avril, qui accorde l’honorariat à Aminata Tall. Il se demande ainsi «pourquoi un décret pris le 21 avril qui accorde à Aminata Tall l’honorariat, reconduit cette bourde commise au niveau du faux décret».

Revenant sur ladite bévue pour relever les similitudes, l’ex-coordinateur de la Direction générale du Trésor fait constater que les 3 décrets, à savoir le supposé faux décret, le décret authentique et le décret du 21 avril, ont commis une erreur sur la date de la loi organique relative à l’organisation et au fonctionnement du Cese. Il informe à cet effet que dans le soit disant faux décret ; «on a mis que cette loi organique est datée du 28 septembre, alors que la date réelle c’est le 28 décembre». Suffisant pour se demander «si les deux décrets sont authentiques, comment ils ont pu reconduire une erreur de date commise dans le faux décret». Toujours dans son argumentaire pour prouver que c’est le même service qui a produit tous les décrets, Mamadou Abdoulaye Sow a indiqué que c’est le Secrétaire général de la présidence qui a le monopole de la tenue à jour du fichier chronologique des enregistrements des actes réglementaires.

Partant de ce fait, il se pose la question de savoir «comment l’auteur du faux décret a pu savoir qu’à la date du 17 avril, son décret devrait porter le n°2020-964, soit le même numéro que celui dudit décret supposé authentique». Ne s’en limitant pas là, l’ancien Directeur Général de la Comptabilité publique et du trésor (2000 – 2008) a relevé d’autres faits troublants aussi. Cette fois-ci, c’est au niveau de l’article final des deux décrets n°2020-964 qu’il relève des incohérences qui se ressemblent. Selon lui, dans les deux décrets, la virgule qui devait être placée entre «ministre d’Etat» et «Secrétaire général de la présidence de la République» a été omise par le rédacteur. Autant de ressemblances qui lui feront conclure que «c’est comme si celui qui a fait l’authentique décret est parti prendre le supposé faux décret et a fait des retouches en oubliant de corriger».

Jean Michel DIATTA | SUDONLINE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here