COVID-19, L’ÉPIDÉMIE ‘’LA PLUS TENACE ET LA PLUS IMPRESSIONNANTE’’ EN PRESQUE 25 ANS, SELON UN MÉDECIN

0
113

Le médecin-chef de la région de Thiès, le Docteur Malick Ndiaye, a indiqué jeudi que la pandémie du Covid-19 est l’épidémie ‘’la plus tenace et la plus impressionnante’’, qu’il a été amené à gérer en presque 25 ans de carrière.

‘’C’est dur, depuis quatre mois, personne ne dort’’, a dit le médecin-chef, au terme d’une réunion du comité régional de gestion des épidémies.

Interpellé sur le moral du personnel de santé après trois mois de gestion de l’épidémie de Covid-19, sur fond de contestation populaire, il a répondu : ‘’Tous les agents de santé font le travail, bien que ce soit très difficile’’.

‘’J’ai fait près de 25 ans de service, nous avons géré toute sorte d’épidémie, peut-être, c’est la plus tenace, la plus impressionnante que nous avons [vue]’’, a-t-il affirmé. Il a toutefois tenté de positiver en faisant valoir qu’à travers la pandémie, c’est une expérience qu’il capitalise.

‘’Nous gérons, mais apprenons également’’, a-t-il dit, estimant que ‘’ chaque agent de santé rêve de vivre une situation pareille’’, qui pourrait être unique dans sa carrière. ‘’Si on a fait la formation en médecine, c’est pour vivre ce moment-là’’, a-t-il dit.

‘’On a vu toute sorte de maladie : choléra, méningite, rougeole, mais celle-ci est nouvelle. C’est une expérience pour le reste’’ de la carrière, a-t-il soutenu.

Le Docteur Ndiaye souligne qu’au niveau de responsabilité où il se trouve, il fait tout pour que le matériel de protection soit à la disposition du personnel médical.

Concernant la gestion proprement dite de la pandémie, il a souligné la difficulté liée aux malades asymptomatiques qui acceptaient difficilement d’être internés dans des hôpitaux, alors qu’ils ne souffraient de rien.

La stigmatisation ambiante des porteurs du coronavirus n’est pas pour faciliter les choses, parce que les gens ne veulent même pas subir de prélèvements pour des examens virologiques.

Il a salué l’amélioration de la prise en charge, notamment des patients asymptomatiques, avec l’ouverture des centres de Guéréo et de la base militaire de Thiès, qui les accueillent. Ces deux infrastructures disposent d’une capacité de ‘’près de 400 lits’’.

Les agents de santé qui vont sur le terrain sont agressés verbalement et courent le risque d’être violentés, a-t-il déploré.

‘’Je vais les [agents de santé] encourager, les réconforter et leur dire que ce n’est pas parce que c’est difficile qu’il ne faut pas y aller’’, a pour sa part dit le gouverneur Mamadou Moustapha Ndao, interrogé sur la question. Et d’ajouter : ‘’Comme tout soldat en première ligne, on reçoit les coups. On ne peut pas aller en guerre et dire qu’on n’aura pas de perte.’’

Le responsable de l’exécutif régional estime qu’‘’on peut toujours trouver les moyens de lever ces difficultés’’.

Il a assuré le médecin-chef et au personnel médical que l’administration est prête à les ‘’appuyer par tous les moyens possibles pour les aider à faire leur travail’’.

M. Ndao a cité l’exemple du village de Thor, dans la commune de Diender, où le préfet avait dû recourir aux forces de l’ordre face au refus de personnes contacts d’embarquer pour leur lieu de confinement.

A Médina Fall, un quartier de Thiès, les autorités avaient mis à contribution le maire de la commune, l’imam etc., pour convaincre les membres d’une famille d’accepter de se faire prélever, a-t-il raconté.
ADI/ASG

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here