1,3 millions de traders en ligne en Afrique

0
466

L’Afrique prend sa place sur l’échiquier des marchés financiers, poussé par sa jeunesse et les nouvelles plateformes accessibles au moyen de téléphones mobiles. Les avancées technologiques qu’a connu le continent au cours des dernières années ont aussi beaucoup aidé à faire avancer le secteur.

Un intérêt grandissant pour les CFD et le Forex

C’est un rapport signé Forex Brokers SA qui indique la participation croissante des Africains sur le marché des transactions boursières en ligne. L’intérêt pour les CFD et le Forex y sont particulièrement élevés. Bien que le Sénégal ne fasse pas encore partie du podium africain, l’intérêt est bien là. Pour les nouveaux venus, il est important de pouvoir accéder à une plate-forme d’ordres et de formation au trading sur cfd et forex afin de mieux comprendre le fonctionnement de ces produits dérivés, avant de procéder à des transactions.

Mais il n’y a pas que des particuliers qui s’intéressent aux CFD et au Forex dans les pays de l’Afrique. Les professionnels du milieu démontrent aussi un intérêt pour ce type de transaction financière de plus en plus populaire. En réalité, le marché du Forex est le plus important marché financier au monde avec une valeur de près de 6 milliards d’euros qui s’y transigent chaque jour.

L’Afrique du Sud en avance sur les autres pays africains

Le pays qui transige le plus sur le marché Forex en Afrique est l’Afrique du Sud, loin devant le Nigeria. C’est aussi un marché très réglementé qui comprend plus de 1000 entités enregistrées à la FSCA (Financial Sector Conduct Authority). Cette autorité a permis de faire grandir le secteur grâce à leurs différents programmes d’éducation qui a su créer un sentiment de confiance au niveau des investisseurs locaux.

Le Nigeria se classe en seconde position avec ses 200 000 traders actifs et un volume d’échange journalier de l’ordre de $315 millions par jour, en moyenne. En comparaison, les traders sud-africains déposent en moyenne $742 par trimestre alors que les Nigériens oscillent autour de $515.

Le Kenya arrive en troisième position avec un volume quotidien moyen de $192 millions qui se transigent par les 50 000 traders actifs dans le pays. Le dépôt trimestriel est moins de la moitié de celui des Sud-Africains à $363.

Un intérêt pour des maisons de courtage internationales

Cet intérêt grandissant de l’Afrique pour le trading en ligne n’est évidemment pas passé inaperçu par la communauté internationale. Ce que les traders africains recherchent avant tout aujourd’hui sont des plateformes facile d’accès et proposant des outils variés. Ils recherchent aussi des frais peu élevés ainsi qu’un accès au marché mondial, ce que peuvent leur proposer certaines des grandes plateformes sur Internet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here