Dépression : une étude confirme l’augmentation du risque avec la ménopause

0
425

Selon une recherche menée par la North American Menopause Society (NAMS), les femmes en chemin vers la ménopause ont davantage de risques de souffrir de dépression que les autres.

Dans une récente étude, des chercheurs soulignent l’importance de ne pas sous-estimer le risque d’apparition d’une dépression et mettent à jour les facteurs susceptibles de favoriser sa survenue.

Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, fatigue, la ménopause se manifeste par de nombreux symptômes. Selon une étude menée sur près de 500 femmes ménopausées âgées de 35 à 78 ans, celles qui entament leur période de pré-ménopause souffrent d’un important risque de dépression. En effet, 41% des participantes ont ressenti des symptômes dépressifs coïncidant avec leur entrée dans la ménopause. Les femmes évoquent des troubles dépressifs : troubles de la mémoire, de la concentration ou de l’anxiété. Cette étude a été réalisée par la North American Menopause Society (NAMS) et les conclusions sont parues dans le journal Menopause.

Selon cette étude, la dépression qui apparaît pendant la ménopause peut toucher jusqu’à 70% des femmes. Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont posé des questions concernant le degré d’anxiété, la peur de la mort, etc à chaque participante. Ils ont ensuite comparé la fréquence des symptômes dépressifs chez les femmes ménopausées aux différents facteurs susceptibles d’accroître leur niveau d’anxiété. “Ces résultats sont conformes à la littérature existante et soulignent la forte prévalence des symptômes dépressifs chez les femmes d’âge mûr, en particulier celles qui ont des antécédents de dépression ou d’anxiété, des problèmes de santé chroniques et des facteurs psychosociaux tels que les grands événements stressants de la vie. Les femmes et les cliniciens qui les soignent doivent être conscients que la transition de la ménopause est une période de vulnérabilité en termes d’humeur”, explique la Dre Stéphanie Faubion, directrice médicale de la North American Menopause Society.

Des facteurs de risque à prendre en compte

La dépression des femmes ménopausées est loin d’être marginale puisque, dans cette étude, 41% des participantes ont été confirmées comme souffrant d’une forme de dépression. Grâce à cette recherche, les scientifiques ont identifié les facteurs de risque qui augmentent le plus le risque de souffrir d’une dépression à cette période de la vie : une séparation, le décès de son conjoint, dépendance à l’alcool, maladie, etc. Cette phase de transition dans la vie d’une femme est loin d’être anodine, elle doit donc se faire entourée d’une équipe médicale compétente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here