«Eumeu Sène et Gris Bordeaux attendent d’être humiliés pour partir à la retraite»

0
157

A l’heure du montage des combats de lutte avec frappe pour la reprise post Covid-19, Lac de Guiers 2 attend toujours une proposition. Le chef de file de l’écurie Walo désigne dans cet entretien, les adversaires qu’il souhaite croiser. Il égratigne au passage Eumeu Sène et Gris Bordeaux.

Comment avez-vous vécu l’arrêt de la saison à cause de la pandémie de la Covid-19 ?

Difficilement comme tous les sportifs. Depuis que la pandémie a frappé et que les autorités ont pris des mesures de restriction pour couper la chaîne de transmission, on ne pouvait pas continuer à nous entraîner convenablement. J’ai essayé comme je pouvais de m’entraîner à la maison, avec un rythme cassé. Avec le couvre-feu qui débutait à 20 heures, il n’y avait que l’entraînement à la maison comme alternative. On fait juste l’échauffement avec la corde, quelques exercices, c’est tout. Maintenant il n’y a plus de couvre-feu, j’ai commencé à aller à la plage et tout, mais je m’entraîne juste pour le maintien. Je suis là, disponible pour un combat. J’avoue n’être encore au courant de rien, peut-être que des promoteurs ont contacté mon encadrement parce que c’est eux qui négocient. Je suis à l’écoute, prêt à descendre dans l’arène.

Le cercle de vos potentiels adversaires se réduit, puisque Gris Bordeaux qui vous ne cessez de défier va affronter Balla Gaye, Eumeu Sène sera opposé à Bombardier, Modou Lô à Ama Baldé. Il n’y a que Tapha Tine qui reste. Êtes-vous prêt à l’affronter ?

Je suis quelqu’un de très patient dans la vie. Les années blanches, j’en ai connu et ça ne m’a pas empêché d’avancer. C’est vrai que beaucoup de mes potentiels adversaires sont sous contrat aujourd’hui, mais il y a toujours des possibilités. Tapha Tine, pourquoi pas ? Du moins, s’il veut bien me demander de lui accorder une revanche car je l’avais battu dans le passé.

Êtes-vous conscient que le Tapha Tine d’aujourd’hui est de loin plus dangereux que celui que vous aviez battu en 2007 ?

(Rire) Vous dites que Tapha Tine est devenu plus dangereux, ok je prends note. Que dire de moi ? Je n’ai peut-être pas évolué à vos yeux ? Ce n’est pas le plus important. Souhaitons que ce combat intéresse un promoteur et vous aurez votre réponse.

Il y a aussi Reug Reug qui frappe avec insistance à la porte de la cour des grands. Il peut être un bon challenger pour vous ?

Non pas Reug Reug. Ce n’est pas le moment pour lui de m’affronter. Je ne le minimise pas, mais il ne faut pas qu’on lui fasse sauter des étapes. Il est bon lutteur, ok, il fait des merveilles, mais il a encore des paliers à franchir. Moi j’ai bourlingué, j’ai affronté les adversaires les plus dangereux pour arriver au sommet.

Pourquoi on voudrait faciliter le parcours à certains lutteurs ?

Aujourd’hui tous les observateurs de la lutte avec frappe sont d’accord que Reug Reug a l’étoffe pour intégrer le cercle des Vip. La preuve, même l’ancien roi Bombardier a bien voulu affronter ce jeune lutteur, donc pourquoi pas vous ?

On ne peut pas prendre Bombardier comme baromètre, car ce dernier n’a plus rien à prouver dans la lutte avec frappe et peut se permettre de tendre la perche à qui il veut. Cela ne valide pas pour autant à Reug Reug l’accès dans la cour des grands. Certes il n’est pas très loin, mais il a encore du chemin à faire. Il y a d’autres jeunes comme Ama Baldé qui a battu Tapha Tine, Zoss, Papa Sow. Boy Niang a eu le privilège de m’affronter alors qu’il n’a pas battu de grand nom, il a au contraire été terrassé par Zoss. Ce n’est pas pour rien que Ama Baldé a décroché un combat contre Modou Lô. Regardez le palmarès de Reug Reug et dites-moi qui sont les grands lutteurs qu’il a terrassés.

Jordan, Gris 2, Elton…

Ce n’est pas suffisant pour le propulser devant. Pour moi, Reug Reug doit encore prouver. Le jour où j’estimerai qu’il a atteint le sommet, je l’affronterais sans problème. Mais pour le moment, je vise les lutteurs au sommet.

L’heure semble être aux combats revanche avec le montage de Balla-Gris, Bombardier-Eumeu Sène. Ça vous dirait d’accorder à Boy Niang 2 sa revanche ?

Je suis conscient que cette revanche aura lieu un jour, mais je ne pense pas que c’est pour maintenant. Car je sais que si vous dites à Boy Niang de venir m’affronter il vous dira, non pas maintenant. J’en suis sûr.

Boy Niang ne peut pas avoir peur de vous, il vous a tenu tête dans l’enceinte et vous avez dû obtenir la victoire après avoir déposé un recours au Comité National de Gestion, Cng ?

Ça c’est vous qui le dites, mais Boy Niang en personne ne vous tiendra pas ce discours. Il s’est frotté à moi, il sait ce qu’il a trouvé ici et ce n’est pas lui qui va courir derrière une revanche maintenant. Je parle en connaissance de cause. Et d’ailleurs, il y a d’autres combats plus alléchants actuellement. Ma revanche contre Boy Niang peut attendre.

Si ce n’est ni Boy Niang ni Reug Reug, qui sont les adversaires qui vous intéressent réellement ?

Bonne question. Le seul adversaire qui m’empêche de dormir depuis qu’il m’a terrassé, c’est Eumeu Sène. C’est le premier à m’avoir fait pleurer après un combat. Et ça, je veux le lui faire payer un jour. Je souhaite laver cet affront, avant qu’Eumeu Sène ne parte à la retraite.

Eumeu Sène est sous contrat, vous n’allez pas nous dire que vous allez attendre sans savoir quand son combat contre Bombardier aura lieu ?

Mon souhait, c’est de le croiser avant qu’il ne raccroche. Je vise Eumeu Sène, puisque l’autre poltron s’est arrangé pour m’éviter à nouveau.

Qui est le poltron ?

Celui que je n’ai cessé de défier et qui a toujours un alibi pour éviter de me croiser. Le lutteur de l’écurie Fass (Gris Bordeaux, Ndlr). C’est par peur de tomber sur des adversaires comme moi qu’il a sauté sur le contrat pour un combat contre Balla Gaye 2. Il pense qu’avec Balla, ce sera moins pénible, alors que c’est là-bas que ça fait plus chaud.

Je prends mon mal en patience, un jour, nos chemins vont se croiser. Je sais que le temps ne joue pas à ma faveur parce qu’ils sont tous les deux proches de la retraite, mais je demanderai, s’il le faut, au Cng de prolonger l’âge limite, 45 ans. Eumeu Sène, je l’ai affronté deux fois pour un nul et une défaite. Je ne digérerai pas qu’il arrête sans carrière sans que je ne lui fasse mordre la poussière.

Prenez votre mal en patience puisque Gris Bordeaux et Eumeu Sène ont encore des saisons devant eux…

Non c’est une course contre la montre. Ces deux-là sont des vieux. Quand Eumeu Sène était au milieu de sa carrière, j’étais gamin. Idem pour Gris Bordeaux. Ils sont tous les deux au dernier virage de leur carrière et j’ai envie de les envoyer à la retraite. Ce qu’ils (Eumeu et Gris) font est très dangereux. Ils sont vieux, mais ils refusent d’aller à la retraite. Il faut un adversaire qui les humilie pour qu’ils aillent à la retraite. Regardez comment Modou Lô a humilié Eumeu Sène. C’est la preuve qu’il est vieux. Moi je ne souhaite pas lutter jusqu’à mes 45 ans. C’est trop risqué. Je l’ai compris quand j’affrontais Yékini. Il n’avait pas 45 ans, mais n’était pas à 100% de ses capacités physiques.

IDRISSA SANE
IGFM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here