Planète Sport. En Corée, le sport outil de réconciliation entre le Nord et le Sud ?

0
164

Sur le plan diplomatique, les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud sont tendues. Aux Jeux olympiques, à plusieurs reprises, les deux nations ont pourtant défilé côte à côte. Le sport aide-t-il à apaiser les tensions ?

Les athlètes nord et sud-coréens défilent sous le même drapeau lors de l\’ouverture des JO de ¨Pyeongchang, le 9 février 2018.Les athlètes nord et sud-coréens défilent sous le même drapeau lors de l’ouverture des JO de ¨Pyeongchang, le 9 février 2018. (KYODO / MAXPPP)
Planète Sport, le rendez-vous de l’été qui explore les sujets à la lisière entre le sport et la politique, nous emmène sur la péninsule coréenne. Alors que les tensions vont et viennent entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, le sport semble être un des outils de la réconciliation, notamment au travers des Jeux Olympiques.

En 2018, aux JO de Pyeongchang, en Corée du Sud, les pom-poms girls nord-coréennes attirent les caméras du monde entier et volent même pour quelques instants la vedette aux sportifs. Elles chantent et applaudissent en rythme, dans une chorégraphie où toutes bougent en même temps, au dixième de seconde près.

Lors de la cérémonie d’ouverture, elles défilent avec leur délégation aux côtés de la Corée du Sud. Une marche sous le même drapeau pour ces deux pays officiellement en guerre. Depuis quelques mois, le calme et le dialogue semblent s’être installés dans la région. Le sport aurait-il aider à réconcilier les frères ennemis ?

“Non”, répond Antoine Bondaz, spécialiste de la Corée à la Fondation pour la recherche stratégique. Le sport n’est qu’un “outil” politique qui permet de mettre en scène le rapprochement entre les deux Corées. “Les évènements sportifs ne permettent pas un rapprochement intercoréen”, explique-t-il.

Les images de cette unité coréenne sont très fortes et sont très largement reprises à l’étranger mais ce n’est qu’une unité de façade.

“Personne n’y croit, ni les Sud-Coréens, ni les Nord-Coréens, continue le chercheur. Par contre, s’il y a une dynamique politique qui s’enclenche, alors le sport est très important parce que symboliquement et médiatiquement il permet de la mettre en scène.”

Depuis ces images, les relations entre la Corée du Nord et la Corée du Sud se sont dégradées. Les JO n’ont donc servi à rien, et cet exemple n’est pas isolé, comme le rappelle Patrick Clastres, spécialiste de la géopolitique du sport à l’Université de Lausanne. “Lors des Jeux Olympiques de Séoul en 1988, le régime autoritaire de Corée du Sud a profité de l’organisation des Jeux pour étouffer les révoltes démocratiques, décrit-il. Et on pourrait décliner ces exercices de pacification par les JO à d’autres cas qui n’ont pas abouti, comme en Chine.”

Les JO ne servent ni la cause de la paix, ni la cause de la démocratie, et c’est même le contraire. Patrick Clastres

Peut-on espérer revoir les deux Corées sous le même drapeau ? Une candidature commune était envisagée pour l’organisation des JO 2032. Projet abandonné pour l’instant, mais qui pourrait renaître si les deux pays y voient intérêt politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here