Castex, un été sans répit

0
390

Après un mois de juillet au pas de charge durant lequel il s’est démultiplié sur le terrain pour investir sa fonction de Premier ministre, Jean Castex ne lèvera que partiellement le pied en août avant une rentrée décisive.

Sans temps d’adaptation, les équipes de M. Castex, constituées au fur et à mesure ces dernières semaines, ont été embarquées dans le tambour de la machine de Matignon, une maison souvent qualifiée d'”enfer” pour sa propension à embrasser dans un rythme effréné une multitude de sujets.

Depuis sa nomination le 3 juillet, le nouveau Premier ministre a ajouté sa touche personnelle, à savoir un goût certain pour les visites, d’un commissariat à un centre de formation des apprentis, d’un EHPAD à un site de fret ferroviaire, au gré de l’actualité et des dossiers en cours.

“Je ne peux pas me rendre compte de ce qui se passe si je ne me déplace pas”, a plaidé jeudi soir M. Castex en sortant d’un centre d’hébergement d’urgence pour femmes et enfants victimes de violences conjugales, en banlieue parisienne.

“Le chef doit donner l’exemple. Il faut aller à la rencontre des gens, il faut savoir écouter et, dans le rôle qui est le mien, en tirer toutes les conséquences”, a-t-il insisté.

Son entourage confirme, pointant la grosse douzaine de déplacements déjà effectuée: “il entend bien sillonner la France”.

“Et c’est valable pour lui comme pour les membres du gouvernement, à qui il a rappelé la nécessité de se déployer sur le terrain”, appuie-t-on encore de même source.

Un style conforme à l’ADN de ce haut-fonctionnaire qui, rappellent ses proches, après l’ENA s’est fait la main à la direction des affaires sociales du Var, à la préfecture du Vaucluse où il rencontrera un jeune stagiaire, futur bras droit d’Emmanuel Macron, Alexis Kohler, puis à la Chambre régionale des comptes d’Alsace.

Mais c’est aussi une stratégie pour cet inconnu du grand public, soudainement projeté dans la lumière mais par nature plutôt rétif à la communication.

“Je trouve qu’il a assez bien pris les habits qu’on avait envie de lui mettre, c’est-à-dire +les territoires, le concret+. Il avait besoin d’être dissonant avec le Premier ministre sortant et c’est plutôt réussi”, analyse un ministre.

– “Etat de veille permanent” –

Conséquence: sa cote de confiance est plutôt élevée (56%) selon un baromètre Harris Interactive paru jeudi.

“Sans parler d’enthousiasme à l’égard de Jean Castex, observons un bénéfice du doute de la part des Français”, décrypte le sondeur Jean-Daniel Lévy en notant “l’ancrage à droite” de cet ancien LR qui s’est pleinement investi sur les thématiques sécuritaires depuis son arrivée.

La bienveillance envers Jean Castex profite aussi au chef de l’Etat, dont la cote est en forte hausse: avec 50% d’opinions positives, il retrouve son niveau du mois de mars (51%), au tout début de la crise du Covid-19 en France.

En août, tout juste M. Castex devrait-il “ralentir une dizaine de jours”, selon son entourage, tout en continuant à programmer des déplacements. Ainsi, promettant d’être “sur le pont (…) tout l’été”, M. Castex a vendredi assuré qu’il serait la semaine prochaine “sûrement conduit à voir sur le terrain comment cela se passe” dans la gestion de l’épidémie “et adapter les moyens en fonction” de la situation.

Dans le même temps, les ministres ont été enjoints de rester dans un “état de veille permanent”, “mobilisables pour revenir à Paris si nécessaire”. D’autant que des conseils de défense liés à la situation épidémique pourraient se tenir sous l’égide d’Emmanuel Macron, arrivé jeudi au Fort de Brégançon, selon le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Car la pile de dossiers ne maigrit pas et il faudra à l’équipe gouvernementale très étoffée (43 membres) être opérationnelle dès le Conseil des ministres de rentrée le 25 août, qui sera suivi d’un séminaire le 2 septembre.

Au menu, entre autres: la rentrée scolaire et universitaire; le plan de relance économique, dont une maquette est attendue à la fin août et pour lequel une importante réunion de ministres s’est tenue jeudi à Matignon; la suite des concertations avec les partenaires sociaux, notamment sur le chantier de la dépendance ou encore l’élaboration du projet de loi après les propositions de la Convention citoyenne sur le climat.

Par Jérémy MAROT
AFP
© 2020 AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here