Abdou Diané : « Sandaga, c’est notre gagne pain »

0
153

De Touba, capitale de la Mouridiyya, ou il est né dans les années 1980, à Dakar capitale du Sénégal dans le grand Bazar de Sandaga connu de partout. Abdou Diané s’est lié d’amitié à ce marché.

Situé en pleine centre ville de Dakar, Sandaga accueille tout le monde. Chassé par les sécheresses répétées qui ont frappé les bassins arachidiers du Sénégal. Dakar a été le lieu d’exode de ces nombreux jeunes comme Abdou Diané venus faire fortune dans la grande capitale.

A Dakar, « Abdou Wari » ce sobriquet qui lui colle à la peau parce que tenant un point de service de transfert d’argent, ce baol-baol est un touche à tout à ses débuts. De marchant ambulant avant d’entrer dans la vente des cassettes et des CD à la mode au tout début des années 2000. Ce natif de Touba va enfin tenir cantine l’année suivante et un multiservice dédié à la vente de téléphones portables et ses accessoires et devient la foulée distributeur agréé par l’opérateur Orange

Ambitieux ce père de trois enfants, voit loin pour élargir les horizons possibles de la réussite. De là, il entreprend le voyage et prend la destination de Dubai en 2010 en s’activant dans l’import-export.

En fait pour Abdou, ce marché mythique lui a ouvert les chemins de la réussite. Ce n’est pas un simple marché ou l’acheteur y trouve des étales et échoppes bien achalandées. Non, Sandaga fait partie de lui de son histoire de vie. Sandaga est une tranche de sa vie. Sandaga lui a donné du pain, le marché c’est son gagne pain.

Mais depuis que ce cauchemar collectif s’est invité de façon brusque sous nos cieux. L’activité commerciale a presque agonisé sous l’emprise d’une crise sanitaire mondiale sans précédent.

« Tout marchait à la perfection avant que ce satané de virus ne ralenti l’activité commerciale. Et, pour les autorités, la crise est une aubaine pour réhabiliter Sandaga. Une bonne partie des cantines étales et tables vont être démolies pour donner place d’ici deux ans à une jolie battisse qui va répondre aux normes surtout sécuritaire. »

Un déménagement qui a donné du pincement au cœur a cet habitué qui connait bien les dédales de Sandaga comme les traits de sa main. Mais en attendant Abdou et ses amis devront prendre leur mal en patience au marché Champ de course, le site de recasement.

Un déménagement qui a chamboulé leur commerce mais faudra s’adapter et faire avec le nouveau Sandaga.

Par Raky fall
TERANGA NEWS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here