REFORME DU CODE DE L’URBANISME ET DU CODE DE CONSTRUIRE – Virage écologique

0
324

Pour se voir délivrer une autorisation de construire, il faut donner des garanties d’inclure le reboisement dans le projet de construction. A la cérémonie de lancement de la Journée nationale de l’arbre hier, dimanche 9 août, qu’il a présidé au Centre internationale de Conférence Abdou Diouf (Cicad) de Diamniadio, le président de la République, Macky Sall, a déclaré que désormais les autorisations de construire seront adossées à la plantation d’arbres devant les maisons.

«J e vais proposer, dans le cadre du Code de la construction et du Code de l’urbanisme, que désormais les autorisations de construire soient adossées à l’obligation de planter des arbres devant les maisons et aussi faire de sorte que les plantations soient suivies afin que les arbres puissent survivre». La déclaration est du président de la République, Macky Sall, qui a présidé hier, vendredi 9 août, le lancement de la 37ème édition de la Journée nationale de l’arbre. C’était au Centre internationale de Conférence Abdou Diouf (Cicad) de Diamniadio.

Un événement qui a été instauré a-t-il dit, pour lutter contre la désertification et promouvoir, par ailleurs, la reforestation. Il s’agit aussi, estime le chef de l’Etat, de «renforcer la biodiversité et les écosystèmes et lutter contre l’érosion côtière et éolienne». Pour l’édition de cette année, le thème retenu est : «La reforestation, un remède contre les pandémies», avec comme arbre parrain le «Baobab» ou «Adansonia digitata» de son nom scientifique. Il l’est pour son symbolisme dans les armoiries de la République, mais aussi à cause de ses nombreuses vertus, a expliqué Macky Sall.

Saluant l’initiative, le directeur de l’Agence sénégalaise de reforestation et de la Grande muraille verte, Aly Aïdar, a jugé que la pluviométrie est très bonne cette année et il faut donc l’accompagner avec des programmes de reboisement. Mieux, a-t-il ajouté, les Sénégalais doivent comprendre l’importance de l’arbre. Il est ainsi nécessaire de préserver les forêts, tout en continuant les activités de reboisement. Il est aussi utile, a-t-il jugé, de sortir du modèle consistant à ne planter des arbres que pendant l’hivernage. Il faudra aussi rendre la semence disponible en ayant un bon réseau de collecte de la semence.

Pour le directeur des Eaux et Forêts, le colonel Baïdy Ba, exiger le reboisement avant l’octroi des permis de construire est une bonne chose car, a-t-il dit, à côté des villes bétonnées, il faut aussi avoir une politique de reboisement. «Plus de 6,8 millions de plants ont été produits dans le pays, toutes espèces confondues», a annoncé Baïdy Ba. «Si on inclut les mangroves, on tend vers 9 millions à 10 millions de plants», a-t-il ajouté. Le patron des Eaux et Forêts a relevé que son service accompagnera les populations dans la fourniture des plants. Il a insisté, toutefois, sur l’importance du suivi. «Le service des Eaux et Forêts va fournir les plantes aux populations. Mais, le seul hic reste le suivi. Et nous entendons y mettre l’accent. Il faut des moyens de protection d’abord avant que les plants ne soient offerts aux demandeurs», a-t-il prévenu.

RESULTATS DE LA LUTTE CONTRE LE TRAFIC DE BOIS EN 2019 : Plus de 200 arrestations, des milliers de troncs saisis et 22 camions récupérés

«En fin 2019, nous étions à plus de 200 arrestations et des milliers de troncs saisis», a dit le directeur des Eaux et Forêts, Baïdy Ba. 22 camions ont été rétrocédés aux Eaux et Forêts par la justice. Des camions et des charrettes ont été récupérés chez les trafiquants. Par ailleurs, Baïdy Ba a plaidé pour la protection des forêts. «Nous avons environ 12 millions 722 mille ha de forêt dont 5 millions 860 mille ha de zone classée. Parmi ce nombre, il y a 169 forêts classées, ce qui représente un énorme potentiel économique. Si on ne protège pas les forêts, c’est un pan de l’économie qui s’effondre», a-t-il mis en garde.

Fatou NDIAYE | SUDONLINE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here