ANNULATION D’EVENEMENTS RELIGIEUX A VENIR – Les deux Rakkas de Saint-Louis ouvrent la liste

0
203

La pandémie de la Covid-19 continue de chambouler l’agenda des évènements religieux au Sénégal. Après l’annulation du Kazu Rajab et le Ziar général de Tivaouane au mois de mars, c’est au tour du Magal des deux Rakkas de Saint-Louis d’être suspendu jusqu’à l’année prochaine, pour se protéger de la Covid. D’autres évènements religieux en vue pourraient suivre.

L’édition 2020 du Magal des deux Rakkas de Saint-Louis, initialement prévue le 5 septembre, n’aura finalement pas lieu. Pandémie de Covid-19 oblige.

En effet, dans le souci du respect des mesures barrières, le khalife général des mourides a donné le ‘’ndiguel’’ d’annuler les activités des 2 Rakkas et d’organiser à la place des séances de récitals du Saint Coran dans les différents ‘’daaras’’ de Saint-Louis. Cette décision a été bien accueillie par le Kurel des deux Rakkas, instance chargée de l’organisation de cette cérémonie.

Ainsi, à travers un communiqué publié hier, le comité d’organisation de cet évènement religieux a annoncé l’annulation définitive de ses activités. ‘’Sur le ‘ndigeul’ du khalife général des mourides, avec l’agrément de l’imam du Kurel des deux Rakkas, Serigne Mame Mor, les activités des deux Rakkas ont été suspendues jusqu’à l’année prochaine. Cette décision a été prise pour éviter la propagation de la pandémie de la Covid-19 et pour respecter les mesures barrières édictées par le ministère de la Santé, en évitant tout rassemblement’’, précise-t-on dans le communiqué du Kurel.

Joint par ‘’EnQuête’’, le chargé de communication du Kurel des deux Rakkas, Makhtar Faye, a déclaré : ‘’Le Magal des 2 Rakkas a effectivement été annulé, car nous avons reçu un ‘ndigueul’ du khalife général des mourides pour suspendre l’édition de cette année, afin de se conformer aux recommandations des autorités du ministère de la Santé et de l’Action sociale, dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Nous en avons discuté avec l’imam des deux Rakkas, Serigne Mame Mor Mbacké. Il a donné son accord pour l’annulation de l’édition 2020 du Magal. A la place de la célébration, l’imam Mbacké a recommandé des lectures du Saint Coran dans les ‘daaras’. Au total, 2 222 ’kamiles’ seront récités pour ‘adya’ Serigne Touba. Chaque talibé peut le faire à partir de chez lui ou dans les ‘daaras’.’’

Les deux Rakkas de Saint-Louis commémorent la prière effectuée par Serigne Touba à la gouvernance de la ville tricentenaire, le 5 septembre 1895. L’annulation de l’édition 2020 a été entérinée pour éviter la propagation de la pandémie. Une décision qui pourrait ouvrir la voie à l’annulation d’autres évènements religieux à venir, tels que le grand Magal de Touba et le Gamou, vue l’ampleur de la pandémie dans le pays.

Il suffit, pour cela, que les chefs religieux donnent une recommandation allant dans ce sens. ‘’Pour les autres évènements comme le Magal, on ne peut pas se prononcer pour le moment. On attend encore le ‘ndigueul’ (recommandation) du khalife. On se conformera à sa décision’’, indique toujours le chargé de communication du Kurel des deux Rakkas.

Il faut rappeler qu’au début de la pandémie, des évènements religieux ont été annulés à la dernière minute, pour annihiler la propagation du virus. C’était le cas pour le Magal du Kazu Rajab, du Ziar général de Tivaouane et du Ziar annuel de Taïba Niassène, dans la région de Kaolack. Cependant, si ces évènements ont été suspendus sans susciter trop de polémiques, l’idée d’annuler les grands évènements comme le Gamou et le Magal de Touba, qui drainent des milliers de fidèles, provoque déjà beaucoup de débats. La polémique est née de la déclaration de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Mary Teuw Niane, qui avait suggéré d’adopter de nouvelles formules pour la célébration des évènements religieux, en cette période de lutte contre le coronavirus.

En effet, face au risque d’une propagation exponentielle du virus, l’ancien ministère proposait l’alternative symbolique du pèlerinage restreint de La Mecque cette année, pour servir d’exemple de formule. L’idée a été, cependant, très mal perçue par certains religieux qui ont rappelé qu’ils n’avaient d’ordre à recevoir de personne et que le khalife général des mourides est seul habilité à prendre une décision allant dans le sens de l’annulation du Magal.

Toutefois, après le Ziar général à Tivaouane, les Magal du Rajab et des deux Rakkas, l’on pourrait bien s’attendre à l’annulation ou au changement de la formule de célébration du grand Magal de Touba ou du Gamou, si la logique adoptée par les khalifes généraux suit son cours.

ABBA BA
ENQUETEPLUS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here