Reprise des cours : A l’Ucad, des étudiants apprécient les mesures sanitaires mises en place

0
249

La reprise n’est pas encore effective à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar du moins pour ce qui est des enseignements. Même si les étudiants ont commencé a regagner le campus, ils s’attellent à la codification pour pouvoir avoir accès au logement pour ce premier jour de reprise graduelle des cours en pleine crise sanitaire de covid-19.

« La reprise est différente » ces propos sont celui d’un étudiant de l’institut Ebad (Ecole de Bibliothécaires Archivistes et Documentaliste). Masque sous le menton, entouré de quelques uns de ses camarades, Souleymane Diallo soutient que, « le retour est un peu différent par rapport aux autres années mais le contexte y est pour quelque chose marqué par la pandémie du coronavirus. Beaucoup de choses ont changé. Par exemple pour la codification on a changé les méthodes. Mais on espère les bien finir pour pouvoir regagner les salles de cours. »

Regagner les salles de cours avec d’autres méthodes selon Souleymane, pourrait éviter la propagation du virus « Tout le monde ne peut pas codifier. C’est pour cette raison, que le nombre a été limité. C’est ce problème qu’il avait eu ces derniers temps. Tout le monde ne peut pas venir faire cours, c’est pour cette raison on l’a fait par tranche. »

En ces temps de crise, le conseil des agents de santé est d’éviter tout rassemblement. Peut être, c’est pour cette raison que la reprise dans les campus ne concerne pour le moment que les niveaux Licence 3 et master 1. Concernant les autres niveaux, leurs cours seront faits en ligne »actuellement seuls niveaux master et licence qui sont peuvent accéder au Camus et bénéficier des services du Coud. Parce-qu’ils ne sont pas nombreux, ils peuvent faire cours dans la tranquillité. Ajoutant que, « c’est un plaisir pour eux que les cours reprennent même s’ils vont y prendre avec prudence. »

« Pas de panique on reste prudent tout en magnifiant le dispositif mis en place pour permettre aux étudiants de se laver les mains à l’entrée comme à la sortie du campus.Puisque les étudiants viennent de partout c’est nécessaire. », lance un autre étudiant.

Tout le contraire de Ndeye Khoudia Ndiaye étudiante qui fait une toute autre remarque qui lui est peut être personnelle selon elle, »peut être, je suis la seule à avoir fait cette remarque. Pour dire vrai, le dispositif est bien là comme prévu. Mais le constat que j’ai fait à mon arrivée, c’est qu’ils nous exigent de passer par le couloir de la mort. Et des affiches sont partout pour sensibiliser les étudiants de ne pas jeter les mouchoir dans les rues, alors qu’aucune poubelle n’est là-bas. », remarque-t-elle.

S’agissant de la décision du ministre, Ndeye Khoudia Ndiaye soutient « concernant le retour, quand on dit qu’on peut éviter la contamination à 100%, ce serait pas sérieux. Parce-que c’est tout simplement impossible vu le nombre conséquent d’étudiants qui est dans le campus. Déjà l’hygiène est précaire tout le monde le sait ici. Mais nous n’avons pas le choix, il faut qu’on vienne terminer l’année puisqu’on sait pas à quand on va en finir la pandémie. »

Ce mardi 1er septembre 2020, ce n’est le campus des grands jours ou les va et vient incessants interpelle le visiteur, la foule laisse place au vide covid-19 oblige. Ainsi pour terminer l’année universitaire déjà entamée, les autorités ont opté pour une reprise graduelle pour éviter que les prés de 80 mille étudiants que comptent l’Ucad se retrouvent en même temps ce qui pourrait favoriser la circulation du virus.

teranganews

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here