“Le changement c’est maintenant”, déclare Stevie Wonder

0
134

La légende de la musique américaine a sorti par surprise deux nouvelles chansons sur le label qu’il vient de monter après soixante ans chez Motown. Deux chansons dans lesquelles il appelle son pays et le monde à l’amour et à l’unité.

Le changement c’est maintenant. Nous ne pouvons pas laisser notre sort entre les mains du destin. Personne n’a le temps d’attendre“, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse virtuelle au sujet de la première chanson, Can’t put it in the hands of fate, avec les rappeuses et rappeurs Busta Rhymes, Rhapsody, Cordae et Chika. “Si nous y mettons toutes nos énergies et notre positivité, nous trouverons une solution“, a espéré la légende, âgée de 70 ans, au sujet de la pandémie, ajoutant “nous ne pouvons mettre le scrutin entre les mains du destin. L’univers nous regarde. Pour moi, nous devons voter en faveur de la justice et mettre l’injustice dehors.

Une chanson d’espoir

Where is Our Love Song, avec le chanteur et guitariste Gary Clarke Jr, est une chanson dont il avait composé la mélodie à l’âge de 18 ans et dont il a écrit les paroles cette année, en réaction à la confusion et au déversement de haine, a-t-il indiqué au sujet du second inédit dévoilé mardi. Il y chante le besoin “de mots d’espoir… Pas le genre d’espoir qui exclut certains d’entre nous mais le genre d’espoir qui élève toute le genre humain.”

L’ensemble des recettes de cette chanson sera reversé à l’association caritative à but non lucratif Feeding America qui est un réseau de 200 banques alimentaires à travers les Etats-Unis. “Si je peux faire quelque chose en utilisant les chansons pour nourrir les gens, en partageant mon amour, c’est ma joie”, a déclaré Stevie Wonder.

“J’espère que viendra un temps où nous pourrons tous aller aux funérailles de la haine… Parce que tant que je vivrai, je ferai tout ce que je peux, toujours, pour montrer l’amour que j’ai pour vous”, a conclu Stevie Wonder dans sa conférence de presse.

Stevie Wonder quitte Motown et monte un label

Ces deux chansons marquent un tournant dans la carrière de Stevie Wonder : il s’agit des premières à ne pas paraître sur le label Motown, qui avait signé ce prodige aveugle et précoce quand il avait 11 ans, au début des années 60.

Stevie Wonder a en effet monté son propre label, What The Fuss Records, du nom du single qu’il avait sorti avec Prince en 2005 et les deux chansons sont distribuées chez Republic Records (division de Universal). La bonne nouvelle c’est qu’il annonce un nouvel album solo baptisé Through the Eyes of Wonder, pour lequel “beaucoup de morceaux” sont déjà écrits. Il s’agirait de son premier depuis 2005. Entre-temps, un EP avec de nombreux invités sur le modèle de ces deux nouvelles chansons “sur des thèmes inspirants” pourrait voir le jour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here