Présidentielle en Guinée: deux campagnes, deux styles pour les favoris

0
165

Alors qu’approche l’élection présidentielle guinéenne du 18 octobre, les douze candidats continuent de battre campagne, à l’image des deux favoris, le président sortant Alpha Condé et son principal opposant Cellou Dalein Diallo.

Douze candidats et chacun a sa méthode. Exemple en Haute-Guinée, fief du président sortant Alpha Condé. Là-bas, ses militants ont mené pour l’essentiel des campagnes de proximité.

Alpha Kabinet Camara entre dans chaque concession du quartier Dalako, rapporte notre envoyée spéciale à KankanBineta Diagne. Ce militant du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG) veut d’abord savoir si les habitants ont retiré leur carte d’électeur.

Puis Alpha Camara déplie un modèle de bulletin de vote et indique comment choisir son candidat. Pas un mot sur le programme du parti. Les échanges sont plutôt brefs. « On leur conseille d’aller voter et de voter de façon utile, d’essayer d’éviter le bulletin nul, de ne pas déchirer. On veut que chacun vote normalement. », explique-t-il.

À quelques encablures, Doumboya Nasso Condé prépare des sachets de jus de bouye qu’elle vend tant bien que mal au marché : sans électricité, elle perd énormément de produits. Malgré cela, cette mère de famille reste une inconditionnelle du parti au pouvoir. « Le problème du courant, Alpha Condé a promis à la Guinée et à Kankan de le régler. Mais quand on est président, on ne peut pas tout réaliser, concède-t-elle. Donc on est quand même derrière lui. »

Le directoire de campagne du RPG affirme avoir déployé près de 500 rabatteurs dans la région de Kankan. Selon ses estimations, une grande majorité des cartes d’électeurs a déjà été retirées, à quelques jours du scrutin.

Déferlante verte et blanche à Conakry

Des militants à perte de vue. À Conakry, les militants de Cellou Dalein Diallo ont envahi les rues jeudi, à trois jours du scrutin de dimanche. Le principal opposant a fait son retour dans la capitale au terme de sa tournée dans l’intérieur du pays. Pour marquer l’événement, il a décidé de traverser la capitale, drainant une foule impressionnante.

Depuis le carrefour de Sangoyah, en haute banlieue de Conakry, la foule est verte et blanche, les couleurs de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), très jeune aussi, avec une attente en particulier : l’emploi, souligne notre correspondant à Conakry. « Il va créer l’emploi des jeunes et régler beaucoup de problèmes. Il va ordonner la Guinée ! » s’enthousiasme Mamadou Saliou Barry, militant UFDG.

« Il doit faire beaucoup de choses pour les jeunes contre la migration, il doit créer beaucoup d’entreprises pour que la Guinée marche », attend Kadiatou Diallo, militante UFDG. Du toit ouvrant de son véhicule, le président de l’UFDG désigne la montre à son poignet : « Il est temps », c’est son slogan.

Ses militants dénoncent le bilan de l’actuel président, candidat pour un troisième mandat. « Le peuple est divisé. Il y a la dégradation de la nature, les routes sont dégradées, le pays est sale, la capitale est sale », se désole un militant. « C’est l’homme de la situation, il doit gérer », y croit une militante.

Cellou Dalein Diallo n’arrivera que tard dans la soirée à son domicile, sans faire de discours. Un meeting du RPG, le parti au pouvoir, est prévu ce vendredi à Conakry.

SOURE RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here