Système bancaire: 7451 reports d’échéances accordés au 30 septembre 2020

0
214

À la date 30 septembre 2020, le système bancaire national a accordé 7451 reports d’échéances aux entreprises, aux particuliers et aux systèmes financiers, a annoncé, hier, le directeur de la Bceao, Ahmadou Al Amine Lô, à l’issue de la réunion trimestrielle avec l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (Apbef).

En pleine crise sanitaire, la Bceao avait mis en place, en relation avec le système bancaire, un accompagnement des entreprises qui rencontraient des difficultés pour rembourser leurs crédits à cause de la pandémie. À cet effet, l’institution émettrice avait invité les établissements de crédit à accorder aux entreprises et aux particuliers qui le sollicitaient un report d’échéances sur leurs prêts, pour une durée de trois mois renouvelable sans charges, ni intérêts, ni pénalités de retard. À ce titre, le directeur national de la Bceao, Ahmadou Al Amine Lô, révèle qu’au 30 septembre 2020, un total de 7451 reports d’échéances a été accordé par les banques au Sénégal, dont 1156 aux entreprises, 3 aux systèmes financiers décentralisés et 6292 aux particuliers. Les échéances reportées sont évaluées à 73,7 milliards de FCfa, dont 64,7 milliards de FCfa déclarés en faveur des entreprises (87,7 % du total des encours), contre 430 millions de FCfa en faveur des institutions de microfinances et 8,6 milliards de FCfa pour les particuliers.

S’agissant des encours des créances reportées, montant global restant dû, ils sont évalués à 337,1 milliards de FCfa, dont 305,1 milliards de FCfa déclarés en faveur des entreprises, contre 2,6 milliards de FCfa au profit des institutions de microfinances et 29,38 milliards de FCfa pour les particuliers.

Les principaux secteurs d’activités ayant bénéficié de ces reports d’échéances de crédits sont les transports, entrepôts et communication (21,5 %), agriculture, sylviculture et pêche (16 %), électricité-gaz-eau (11,52 %), activités financières (11,03 %), commerce de gros et détail (7,94 %), industrie manufacturière (7,81 %) et restaurants hôtels (4,69 %). En termes d’impact sur le secteur bancaire, le directeur national de la Bceao constate que les banques ont enregistré quelques difficultés opérationnelles et des tensions de trésorerie atténuées par les refinancements aux guichets de la Banque centrale.

Pour ce qui est des mutuelles de crédits, l’analyse du reporting des Systèmes financiers décentralisés, à fin juillet 2020, a fait ressortir un montant d’échéances reportées à 65,7 milliards de FCfa. L’encours des crédits ayant bénéficié de reports d’échéances s’établit à 85,8 milliards de FCfa, soit 29,8 % du montant total des crédits arrêtés à 287,6 milliards de FCfa. Ces reports, précise M. Lô, ont été accordés, en majorité, à des clients « particuliers » ou « groupements solidaires » intervenant dans les secteurs d’activités comme le commerce de gros et détail, restaurants, hôtel (63,4 %) et transports, entrepôts et communication (17,3 %).

Un système bancaire sorti résilient

Pour la situation récente du système bancaire, le directeur national de la Bceao a indiqué qu’au cours des neuf premiers mois de 2020, le secteur bancaire a fait preuve de « résilience », en dépit de la propagation de la pandémie de la Covid-19. « La robustesse du secteur a permis aux établissements de crédit de soutenir aussi bien les agents économiques à travers les reports d’échéances de crédits que les besoins de financement de l’État, via les souscriptions aux ‘‘Bons Covid-19’’ », a soutenu M. Lô. Il a relevé que ces actions ont induit une progression des emplois (+429,8 milliards de FCfa) sensiblement supérieure à celle des ressources (+265,9 milliards). Dans ce contexte, le besoin de liquidités des établissements de crédits s’est accru de 163,9 milliards de FCfa et se situe à 414,5 milliards de FCfa en septembre 2020. Pour les emplois nets du système bancaire, ils sont passés de 6775,5 milliards de FCfa en décembre 2019 à 7205,3 milliards de FCfa en septembre 2020. Concernant les crédits nets, ils se sont très légèrement contractés de 8,3 milliards de FCfa sur la période pour se situer à 4795,1 milliards de FCfa en septembre 2020 (…).  À l’instar des emplois, les ressources se sont renforcées de 266 milliards de FCfa pour s’établir à 6790,9 milliards de FCfa en septembre 2020.

Dans son intervention, le président de l’Apbef, Bocar Sy,  s’est réjoui des efforts consentis par les banques afin de contribuer à l’allègement des effets de la crise sanitaire. Pour lui, le système bancaire a pleinement joué sa partition avec les nombreuses initiatives prises, comme le report des échéances sur les prêts.

Abdou DIAW – LESOLEIL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here