Présidentielle américaine I François Durpaire, Historien: « Trump n’a eu aucune politique africaine »

0
350
Docteur et agrégé en histoire, François Durpaire est professeur à l’université de Cergy (France) et auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages. Titulaire d’une thèse sur les relations Etats-Unis-Afrique, il analyse, avec un focal sénégalais, les enjeux d’une présidentielle américaine particulière.

Le duel Trump-Biden s’inscrit-il dans la continuité des présidentielles américaines ou est-ce une rupture ? Si oui, de quel ordre ? Si non, pourquoi ?

C’est une rupture assurément. Jamais dans l’histoire politique des Etats-Unis, une épidémie n’avait à ce point transformé les modalités du vote. On estime que près des 2/3 des Américains ont déjà voté par anticipation au moment où commence le « jour électoral » (electoral day), le 3 novembre. D’autre part, les votes par correspondance (mail-in ballots) laissent planer un doute sur la date des résultats car certains Etats acceptant les enveloppes jusqu’à 10 jours après le scrutin !  La Covid-19 a aussi changé la campagne : pas de « porte à porte », des débats avec un plexiglas pour séparer les candidats, peu de vrais meetings du côté démocrate, un président candidat lui-même hospitalisé à trente jours du scrutin !

La gestion de la pandémie du coronavirus peut-elle faire pencher l’élection présidentielle ?

C’est possible, et de deux manières. Premièrement, la gestion de la pandémie peut pénaliser Trump le candidat sortant, accusé d’avoir sous-estimé la crise sanitaire et de ne pas prendre les bonnes décisions. Elle a en outre détruit une partie de l’économie américaine et donc saboté son bon bilan économique. Deuxièmement, la pandémie peut aussi avoir une influence en termes de mobilisation de l’électorat et de contestation éventuelle des résultats, si certains bulletins par correspondance sont jugés défectueux (absence de signature etc.)

A la maison blanche, Trump a survécu à quatre ans de polémiques. N’aurait-il pas une base assez solide de soutiens pour une réélection ?

Il y a trois groupes qui soutiennent Trump. Il serait caricatural de considérer que ses soutiens sont tous des suprémacistes blancs sans diplôme. Il y a d’abord des gens satisfaits par son travail économique et notamment par sa politique de baisse d’impôts. La récente hausse du PIB de 33% (de juillet à septembre) a donné des arguments au président pour dire que l’économie repartait à la hausse. Il y a ensuite les conservateurs, qui se félicitent du discours d’ordre du président (law and order) et qui sont satisfaits de la nomination de juges conservateurs à la Cour suprême laissant présager des décisions de restriction du droit à l’avortement. Et il y a enfin ceux à qui plaît le style « anti-establishment » du président. Ils aiment son côté direct et sa critique du système washingtonien.

Quels sont les avantages et inconvénients de la candidature de Joe Biden ?

Son avantage est qu’il est en avance dans des groupes électoraux très différents : les jeunes, fortement mobilisés, les seniors, habituellement républicains et qui semblent contrariés par la politique de Donald Trump, les femmes, les minorités. Et surtout, il a de nombreux arguments liés à la gestion de Trump sur la Covid-19. Son désavantage est que la plupart de ses électeurs votent essentiellement « contre Trump » et pas « pour Biden ». C’est un déficit d’enthousiasme indéniable.

Contrairement à son prédécesseur Obama, Trump n’est quasiment pas venu en Afrique. Ce qui est ressenti comme un synonyme de manque d’intérêt pour le continent. Biden pourrait-il être un meilleur acteur dans les relations Afrique-Amérique ?

Peut-on faire pire ? Trump n’a eu aucune politique africaine. Il n’a même pas cherché à montrer un quelconque intérêt. Joe Biden pourrait renouer avec un certain nombre de politiques initiées par Barack Obama, notamment en matière d’électrification du continent. Mais on attend surtout de lui qu’il soutienne le multilatéralisme qui est la condition d’émergence d’une Union africaine solide. Comment le nationalisme et la loi du plus fort pourraient-ils être des atouts pour le continent africain ?

Depuis plusieurs villes africaines, Trump est vu comme un hostile aux minorités (noires, notamment) et Biden comme un progressiste. Est-ce si manichéen ?

Non, ce n’est pas si manichéen, car Trump affirme que sa politique a été bénéfique à la communauté africaine-américaine. Avant la Covid-19, le taux de chômage de la communauté était très bas. Mais comment oublier ses propos suite aux manifestations de Charlottesville, où il a placé sur le même plan les militants d’extrême droite et les antiracistes. Comment oublier son absence d’empathie suite à la mort de George Floyd et sa manière de dénigrer Black Lives Matter, en assimilant les mouvements de colère à l’extrême gauche Antifa.

Quel candidat pourrait être « la meilleure chose qui soit arrivée » aux nombreux Sénégalais sans-papiers aux Etats-Unis ?

Sur la question de l’immigration, Joe Biden a une position plus ouverte que Donald Trump. Et surtout, l’aile gauche du parti démocrate, favorable à une politique de citoyenneté délivrée aux migrants, promet d’être en position forte dans la nouvelle équipe exécutive.

Qui sera vainqueur de l’élection ? Et pourquoi ?

La position de Joe Biden est assurément plus forte que celle de Hilary Clinton, il y a 4 ans. Il n’est donc pas sûr que l’Histoire se répète avec une nouvelle fois, une surprise nommée Trump. Cependant, il faut rester prudent concernant les sondages. On parle notamment des éventuels « électeurs cachés » de Trump : des gens qui n’oseraient pas avouer leur vote aux sondeurs… Ce n’est pas moi qui le dit, mais la cheffe de campagne de Joe Biden : jusqu’au bout, il faudra rester prudent. Si Biden veut gagner l’élection dès le 3 novembre, sans qu’on doive se lancer dans un long et périlleux dépouillement (et recomptage…), il lui faudra remporter la Floride. Autre possibilité : qu’il l’emporte dans un des Etats promis aux républicains (Texas, Nevada ou Géorgie…)

Propos recueillis par Moussa DIOP – LESOLEIL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here