Jill Biden : ce choix symbolique de la future First Lady que les précédentes n’ont jamais fait

0
762
Jill Biden l’a décidé, elle ne sera pas une First lady comme les autres. Tandis que la transition s’annonce difficile pour elle et son mari Joe Biden, que Donald Trump ne veut pas reconnaître comme étant le 46ème président des États-Unis élu, voilà que celle qui va succéder à Melania Trump définit d’ores et déjà ses engagements en tant que First Lady. Et si elle compte se concentrer sur les domaines de l’éducation, de la famille, des anciens combattants et militaires ainsi que de la lutte contre le cancer, Jill Biden veut garder un équilibre entre sa nouvelle fonction et son travail d’enseignante.

En effet, l’épouse de Joe Biden a déjà fait savoir qu’elle ne comptait pas arrêter de travailler sous prétexte qu’elle allait devenir First Lady, rapporte The Mirror, elle qui en 2007 a obtenu un doctorat en sciences de l’éducation à l’université du Delaware. Une décision qu’elle avait déjà prise en 1988 lors de la première campagne de Joe Biden pour les élections présidentielles, affirmant que même si son mari était élu président des États-Unis, elle continuerait son travail d’enseignante pour les élèves souffrant de troubles émotionnels, elle qui enseigne principalement en lycée. Une première pour une First Lady, qui mettent généralement leur carrière entre parenthèses pour suivre leurs maris à la Maison Blanche, comme ce fut le cas de Michelle Obama ou encore Laura Bush.

Melania Trump accueillera-t-elle Jil Biden à la Maison Blanche ?

Une tradition à laquelle elle ne se pliera pas. Alors que Joe Biden a été élu 46ème président des États-Unis ce samedi 7 novembre, sa femme, Jill Biden, elle, s’apprête à occuper le poste de First Lady. Mais d’après les informations du tabloïd britannique The Mirror, ce mardi 10 novembre, la phase de transition n’est pas de tout repos. Car, si le rituel veut qu’elle soit accueillie par l’actuel Première dame américaine à la Maison-Blanche, Melania Trump refuse tout simplement de lui ouvrir les portes. Ce faisant, la maman de Barron Trump met un point d’honneur à ne pas féliciter celle qui doit prendre sa relève.

Mais si l’ex-mannequin refuse Jill Biden au sein de la maison présidentielle américaine, c’est surtout en signe de protestation et d’amour pour son mari. Au fil de l’élection, Donald Trump avait bel et bien annoncé que, dans le cas où Joe Biden était choisi par le peuple, il contestera cette victoire. Et ce, dès le mois de septembre 2020. Chose promise, chose due : depuis que le mari de Jill Biden a été élu, il s’oppose farouchement à un transfert pacifique du pouvoir et ne veut pas reconnaître sa défaite. L’époux de Melania Trump joue donc l’obstruction : après avoir limogé son secrétaire à la Défense Mark Esper ce lundi 9 novembre, le président sortant appelle au recomptage des voix, bien que son entourage – dont son gendre Jared Kushner – l’encourage à se résigner à la défaite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here