Covid-19: après les annonces de Macron, l’explication de texte de Castex

0
192

Le rituel est désormais bien rôdé: d’abord une allocution d’Emmanuel Macron, suivie mardi soir par près de 30 millions de Français, pour dévoiler les termes d’un allègement du confinement et “fixer un cap”. Aux ministres ensuite de préciser “les mesures de réouvertures et les protocoles qui prévaudront”.

Un patron de commerce prépare une affiche du protocole sanitaire à respecter pour la réouverture le 28 novembre 2020 des commerces non essentiels, le 25 novembre 2020 à Bordeaux

Lors de sa conférence de presse jeudi à 11H00, Jean Castex sera entouré de quatre membres du gouvernement, Olivier Véran (Santé), Alain Griset (PME), Roselyne Bachelot (Culture) et Elisabeth Borne (Travail).

Les grandes lignes du desserrement, en trois étapes, sont connues, alors que le moral des ménages est, selon l’Insee, au plus bas depuis la crise des “gilets jaunes”. Après des semaines de polémique, les petits commerces pourront rouvrir samedi avec un protocole sanitaire renforcé.

Les offices religieux seront de nouveau permis et il sera possible de se déplacer, avec une attestation, dans un rayon de 20 km autour de son domicile, pendant trois heures.

A condition que la situation sanitaire continue à s’améliorer, les salles de cinéma, les théâtres et les musées pourront rouvrir à leur tour le 15 décembre lorsqu’un couvre-feu national nocturne remplacera le confinement en vigueur depuis le 29 octobre.

Enfin, à partir du 20 janvier, après des fêtes de fin d’année sous haute surveillance, les restaurants – mais pas les bars – pourront accueillir à nouveau des clients, là aussi si tout va bien.

L’amélioration de la situation épidémique, observée depuis la mi-novembre, s’est confirmée mercredi avec un nombre de malades hospitalisés désormais sous les 30.000.

La pression continue à baisser également en réanimation. Mais plus de 16.000 nouveaux cas positifs ont été confirmés mercredi, bien au-delà du palier des 5.000 cas/jour fixé par Emmanuel Macron pour continuer à desserrer l’étau.

– “Mode d’emploi précis” –

Les interrogations restent nombreuses et de nombreux secteurs, comme les auto-écoles ou les agences immobilières, sont toujours dans l’attente de directives.

D’autres misent encore sur un assouplissement des restrictions. La Conférence des évêques de France assure que la limitation à 30 personnes maximum par office religieux, y compris dans les cathédrales, va être revue. François Bayrou, patron du MoDem, allié de la majorité, a plaidé jeudi pour une jauge de 8 m2 pour une personne, comme dans les commerces.

Les stations de ski, prises de court par les annonces présidentielles semblant exclure une réouverture pour Noël, espèrent aussi encore pouvoir infléchir la position du gouvernement. Mais un arbitrage définitif n’est pas attendu jeudi.

Le Premier ministre devrait également clarifier la situation pour le sport amateur. Emmanuel Macron a seulement évoqué la reprise des “activités extra-scolaires” en plein air à partir de samedi et en salle à partir du 15 décembre.

Olivier Véran devrait, lui, revenir sur la campagne “massive” de vaccination qui doit démarrer fin décembre/début janvier, enjeu crucial pour l’exécutif, après les ratés sur les masques et les tests.

La cheffe de file des députés PS Valérie Rabault a réclamé un “mode d’emploi précis”: “combien de doses” achetées, administrées “à qui” en priorité, et selon quelles modalités.

Pour Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur et membre du Conseil scientifique, on peut “tout à fait penser qu’on reviendra à une vie normale à l’automne 2021”, si et seulement si on arrive à vacciner 80-90% des Français.

“Les vaccins et la question de l’isolement seront abordés”, assure l’entourage de Jean Castex. “Mais il ne faudra pas attendre” plus que ce qu’a déclaré Emmanuel Macron, qui a lancé le débat sur un isolement plus contraignant des cas positifs en appelant le Parlement à s’en saisir.

Le président (LR) du Sénat Gérard Larcher a d’ores et déjà prévenu jeudi qu’il faudra un projet de loi sur l’isolement contraignant, car un “débat parlementaire, ça ne suffit pas”.

Sont par ailleurs annoncées jeudi davantage de précisions sur les aides promises par le chef de l’Etat, notamment pour les jeunes. Dans les Echos, Elisabeth Borne annonce une “aide exceptionnelle” pour les travailleurs précaires qui travaillaient “significativement” avant la crise du Covid-19, qui devrait concerner environ 300.000 personnes.

Emmanuel Macron a également annoncé mardi que les entreprises fermées administrativement pourraient obtenir une aide correspondant à 20% de leur chiffre d’affaires annuel. D’autres secteurs, partiellement fermés, pourraient aussi être concernés, avec une aide modulée.

Mais les restaurateurs, qui manifestent encore dans certaines villes jeudi, “ne veulent pas d’aide pendant des mois et des mois, ils veulent simplement pouvoir vivre de leur travail”, souligne le numéro deux du Rassemblement national Jordan Bardella, qui appelle à les rouvrir “avant Noël”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here