SEDHIOU-GESTION TRANSPARENTE DES RESSOURCES EXTRACTIVES VIA LES E-RCCM – La plateforme électronique désormais opérationnelle

0
113
Les techniciens du ministère de la Justice ont procédé hier, mercredi 6 janvier, au lancement de la plateforme électronique permettant de générer très vite des registres de commerce et de crédit mobilier (RCCM). L’objectif soutenu est de traiter avec célérité les dossiers des citoyens en droit de posséder le document d’une part, et d’autre part, de donner plus de transparence dans la gouvernance des affaires publiques notamment les ressources extractives et autres investissements privés et publics.
C’est en effet une initiative du ministère de la Justice avec l’appui de l’Agence pour la promotion de l’investissement (APIX) et de la société informatique dénommée Gaïndé 2000 en vue de la dématérialisation des registres de commerce et du crédit mobilier. La mise en service de cette plateforme électronique participe donc, selon les techniciens du ministère, de l’amélioration de l’environnement des affaires et de la promotion active des investissements.

Mamadou Saliou Sow, le secrétaire d’Etat auprès du Garde des sceaux ministre de la Justice chargé des droits humains et de la bonne gouvernance explique que « cette plateforme va permettre au Sénégal de consolider son attractivité économique et d’améliorer son environnement des affaires. Elle permettra également de réduire les coûts et que les dossiers des citoyens soient traités avec célérité. Cette innovation est importante car elle garantit aux acteurs économiques un accès équitable, rapide et peu onéreux à des informations nécessaires à l’accomplissement de leurs transactions ».

A l’en croire, l’outil donne corps à l’option de la territorialisation des politiques publiques de l’Etat « le président de la République est attaché à la territorialisation des politiques publiques mais aussi à l’équité sociale et territoriale. Le Sénégal est le premier pays dans l’espace de l’organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) à avoir un RCCM numérisé, interconnecté sur tout le territoire national ».

S’agissant des industries extractives, ce déploiement de la plateforme RCCM donnera plus de visibilité pour une gestion transparente, a notamment indiqué Mamadou Saliou Sow, le secrétaire d’Etat auprès du Garde des sceaux ministre de la Justice chargé des droits humains et de la bonne gouvernance. « L’Etat du Sénégal, soucieux de la transparence en ce qui concerne les ressources minières, gazières et pétrolières a décidé que désormais que toutes les sociétés s’activant dans ces domaines soient immatriculées pour savoir qui fait quoi et à quel niveau ».

Enfin et selon toujours le ministère de la Justice, la finalisation de cette plateforme permettra au Sénégal de se conformer aux normes de l’OHADA (Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires).

Moussa DRAME

SUDONLINE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here