2022 : comment Emmanuel Macron prépare la présidence française de l’UE

0
113
French President Emmanuel Macron talks to the press after an emergency European Union leaders summit on immigration at the EU Commission headquarters in Brussels, Belgium June 24, 2018. REUTERS/Eric Vidal

Extrême attention portée par l’Elysée à la préparation de cette présidence des 27, qui intervient à un moment stratégique, tant pour l’Europe que pour Emmanuel Macron : quatre mois pile avant le premier tour de la présidentielle française.

C’est l’un des points à l’ordre du jour du séminaire gouvernemental de ce mercredi. En amont, il a été demandé à chaque ministère de remonter des notes sur les priorités et les réformes à “faire atterrir” au niveau communautaire. Les députés Renaissance, c’est-à-dire les macronistes du Parlement européen, ont eux aussi remis leur contribution à l’Elysée, qui permet, selon l’un de ses rédacteurs, “d’identifier les sujets sur lesquels il peut y avoir des majorités et des consensus possibles avec d’autres groupes politiques.”

Résultats tangibles

Emmanuel Macron ne veut pas d’une présidence incantatoire. Il veut obtenir des résultats tangibles pour montrer que l’Europe ce n’est pas une question de dogme, mais de leadership. Ce qui lui sera utile dans sa campagne française.

Sur le fond, trois grands blocs se dégagent pour l’heure : l’environnement, le régalien, le numérique. Plus concrètement, la taxe carbone aux frontières et la fiscalité verte en général, la réforme du droit d’asile et comment remanier le règlement de Dublin qui fixe les règles en matière de migration. Et sur le numérique, la taxe sur les géants d’Internet.

Alignement de planètes

Emmanuel Macron peut-il obtenir des résultats ? Autour de lui, on y croit dur comme fer en raison d’un “alignement de planètes”. Nombre de ces chantiers ont déjà été lancés par la Commission européenne dès son installation en 2019. A mi-mandat l’an prochain, certains, comme la réforme migratoire ou la taxe sur les Gafam, seront arrivés à maturité.

Ensuite, Emmanuel Macron dispose d’un groupe au Parlement européen – le troisième en nombre de sièges – qui pousse son agenda politique. Enfin, il y a l’élection présidentielle en France et au sein des 27 la crainte d’une victoire des populistes.

Soigner la logistique

À l’Elysée, on sait déjà que le discours qui sera prononcé par Emmanuel Macron devant le Parlement européen, dans un an, pour décliner sa feuille de route, “aura un retentissement particulier à quatre mois du premier tour.” En coulisses, la préparation de cette séquence s’accompagne aussi d’un volet logistique.

L’ambassadeur Xavier Lapeyre de Cabanes, nommé secrétaire général de la présidence française de l’UE, doit déjà identifier et réserver les grands salles où se tiendront les réunions des ministres européens durant le premier semestre 2022. “C’est une grosse machinerie”, explique un familier de l’organisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here