Grève du secteur scolaire au Gabon: polémique sur l’étendue de la mobilisation

0
176

Selon des responsables d’établissements scolaires du primaire et du secondaire l’appel à une grève d’avertissement de trois jours lancé par la principale coalition syndicale des enseignants n’a pas été suivi. D’après les grévistes, le mouvement est suivi à 60 ou 70%. Ces derniers réclament un meilleur suivi de leur carrière, le paiement des arriérés de salaire et la construction de nouvelles salles de classe.

Avec notre correspondant à LibrevilleYves-Laurent Goma – RFI

Il est 13 heures, ce lundi 11 janvier 2021, au lycée Paul Emane Eyeghe d’Oloumi dans le 5e arrondissement de Libreville, Grèg Mombo, élève en 1ère S sort de ses cours. Aucun prof n’était absent.

« Pour nous, qui faisons des séries scientifiques, on ne peut pas gréver, parce que nos profs sont très sérieux. On a eu cours de physique, cours de mathématiques et cours de SVT aujourd’hui… Tous les profs sont arrivés », confirme le lycéen.

Au collège d’Akébé dans le 3e arrondissement, les cours se sont déroulés presque normalement. Les élèves ont signalé l’absence de quelques enseignants : « À part le prof d’anglais, chez nous, tous les professeurs sont venus. On ne veut pas qu’ils fassent grève, parce que déjà l’année scolaire passée ce n’était pas vraiment ça, donc on a peur que les cours s’arrêtent maintenant. »

Au siège de la Conasysed, la coalition syndicale à l’origine du mot d’ordre de grève, Louis Patrick Mombo, délégué général porte un autre regard sur cette première journée de mobilisation : « Beaucoup d’établissements sont bel et bien fermés. Nous avons nos statistiques. Il y a eu perturbation… lorsqu’on est suivi à 60 ou 70%, pour nous c’est une réussite. »

Le gouvernement n’a pas communiqué sur le sujet. Les enseignants réclament entre autres des intégrations, des reclassements, une prime Covid et de nouvelles salles de classe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here