Danse: Germaine Acogny remporte le Lion d’or de la Biennale de Venise

0
210
Fondatrice de l’Ecole des Sables de danse de Toubab Dialaw, Germaine Acogny vient d’inscrire une ligne supplémentaire sur son prestigieux parcours. La « fille noire » du chorégraphe français Maurice Béjart, disparu en 2007, est lauréate du Lion d’or de danse de la Biennale de Venise.

Dans un communiqué, la Biennale de Venise annonce, mardi, que le Lion d’or de danse 2021 a été décerné à la danseuse et chorégraphe sénégalaise Germaine Acogny, connue comme « la mère de la danse contemporaine africaine ».

La figure de proue du spectacle vivant de 76 ans (née au Benin), qui a notamment dirigé de 1977 à 1982 Mudra Afrique, l’école de danse fondée par Maurice Béjart et le président Léopold Sédar Senghor, « croit dans la capacité de la danse à changer la vie des  gens et elle s’est toujours engagée à partager sa passion comme acte de transformation et de régénération ». C’est ce qui a motivé la Biennale de Venise a la choisir.

« Sa contribution à la formation en danse et en chorégraphie des jeunes d’Afrique occidentale et la large diffusion de son travail dans son pays d’origine et dans le monde ont fait d’elle l’une des voix indépendantes qui ont le plus influé sur l’art de la danse », a souligné la Biennale.

Avec son mari Helmut Vogt, elle a créé l’École des Sables, une centre international de danses africaines traditionnelles et contemporaines inauguré en juin 2004 à Toubab Dialaw. Elle a aussi créé de nombreux spectacles pour sa compagnie JANT-BI, avec lesquels elle a fait des tournées dans le monde entier.

Le prestigieux Lion d’or de la danse a couronné entre autres dans le passé Merce Cunningham (1995), Carolyn Carlson (2006), Pina Bausch (2007), William Forsythe (2010), Sylvie Guillem (2012), Anne Teresa De Keersmaeker (2015), Maguy Marin (2016) ou encore  et La Ribot (2020).

 

Moussa DIOP

LESOLEIL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here