NON-PAIEMENT DES FRAIS DE MISSION – Le Cusems est en grève

0
228
Les enseignants du Cusems ont entamé une grève, cette semaine. Ils ont observé, hier, un débrayage total dans tous les établissements. Le responsable départemental de Guédiawaye, Amadou Ba, renseigne que le mot d’ordre a été bien suivi.

 

Le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen secondaire (Cusems) a observé une journée de grève, hier. Le responsable départemental de Guédiawaye, Amadou Ba, joint par ‘’EnQuête’’, parle d’injustice, pour justifier la grève. Le débrayage, dit-il, a été très bien suivi. Au lycée Limamoulaye, sur 90 enseignants qui devaient venir faire cours, seuls trois collègues, annonce-t-il, n’ont pas suivi le mot d’ordre.

En effet, il souligne qu’ils sont les seuls fonctionnaires à aller en mission et attendre trois mois ou plus sans être payés. Tous les autres fonctionnaires, dit-il, qui partent en mission sont payés avant ou bien tout juste à leur retour.

‘’Nous sommes en mouvement, parce qu’en fait, nous avons été en mission ; nous étions partis corriger les examens du Baccalauréat et du Bfem. Le gouvernement s’était engagé, depuis 2007, à payer les frais de mission avant la date du 30 novembre’’, souligne Amadou Ba. Il signale que le mot d’ordre a été lancé, depuis le mois de décembre dernier. Le syndicaliste ajoute qu’ils ont été surpris d’entendre, le 20 janvier dernier, en plein Conseil des ministres, le Président Macky Sall prendre la décision de payer et que, jusqu’à maintenant, rien n’ait été payé intégralement. ‘’Nous allons, poursuit-il, continuer le mot d’ordre de grève. Un débrayage a été observé le mardi à 10 h, le mercredi et hier, une grève totale’’.

Le responsable départemental prévient que la lutte va continuer, si rien n’est fait. ‘’Ce qui nous fait mal, ce n’est pas l’argent, mais le manque de respect. On ne réclame pas des fonds communs, parce que c’est notre argent. C’est nous qui avions eu à préfinancer. On a eu à faire toutes les régions et c’est sur fonds propres’’, souligne-t-il.

Ce mercredi, en Conseil des ministres, le chef de l’Etat a instruit le ministre du Travail et du Dialogue social ‘’de lui présenter, à la fin du mois de février 2021, un rapport général sur le dialogue social et la situation des travailleurs dans les entreprises, un an après l’apparition de la pandémie de Covid-19 au Sénégal’’. Il lui a, en sus, rappelé l’urgence d’évaluer l’état de prise en charge des cahiers de doléances des centrales syndicales et de préparer, en relation avec le Haut conseil du dialogue social, des rencontres sectorielles en perspective de la fête du 1er Mai 2021.

Une nécessité afin d’éteindre le feu qui couve sur le front social, avant que la grève du Cusems ne fasse tache d’huile.

AIDA DIENE

Section:

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here