En Afrique du Sud, le nouveau nom imprononçable de Port Elizabeth

0
158

La ville du sud du pays va désormais s’appelait Gqeberha pour effacer le passé colonial.

Port Elizabeth, ville du sud de plus de 300 000 habitants, ne s’appelle plus ainsi depuis mardi 23 février. Elle porte désormais un nom xhosa, une des onze langues officielles de l’Afrique du sud, parlée par huit millions d’habitants, dont Nelson Mandela. La langue, comme quatre autres, apparaît dans l’hymne sud-africain Nkosi, sikelel’ iAfrika”. C’est l’une des rares au monde à avoir un “clic”, ce qui rend la prononciation très difficile.

 

Et c’est aussi compliqué à l’oral qu’à l’écrit : Gqeberha. C’est le nom de la rivière qui traverse la ville.

Pétition contre le changement

Les habitants ont plus ou moins bien pris ce changement. Il y a eu de la résistance. Une pétition a été lancée pour ne pas changer de nom. Elle a recueilli 32 000 signatures. Il a fallu deux ans de négociations pour parvenir au nouveau nom.

Les réticences viennent du fait que le “clic” de la langue xhosa est très difficile à appréhender, même pour les Sud-africains. Pour arriver à prononcer le nouveau nom de Port Elizabeth, il existe d’ailleurs des tutoriels en ligne. Mais de toute évidence, beaucoup vont continuer à utiliser l’ancien nom. Il y avait aussi des réticences économiques. Changer un nom de ville, coûte cher : des centaines de milliers d’euros. Il faut tout refaire : les cartes, etc. Dans cette région où le taux chômage est le plus élevé du pays, l’opposition estime que l’argent pouvait être mis ailleurs.

Remettre les communautés noires au centre de l’Histoire

Cela fait partie d’un large projet du ministère des Arts et de la Culture contre les noms jugés “offensants”. Les autorités pensent que changer les noms des villes qui font référence à la colonisation ou à l’apartheid, ce régime de ségrégation raciale en vigueur pendant plus de 40 ans (1948-1991), aidera les communautés noires d’Afrique du sud à s’inscrire dans l’histoire du pays.

Port Elizabeth a été créé en 1820, pendant la colonisation britannique, et son nom venait rendre hommage à la défunte épouse du gouverneur de l’époque. Une dizaine de villes ont également changé de nom cette semaine,  tout comme l’aéroport de Port Elizabeth qui s’appelle aujourd’hui l’aéroport Chief Dawis Stuurman. Un activiste du XIXe siècle qui a combattu les administrations néerlandaise et britannique. Premier prisonnier politique enfermé à la prison de Robben Island, prison où 155 ans plus tard, un certain Nelson Mandela sera emprisonné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here