Face au banditisme, brigandage et pillage des biens publics et privés : l’Etat ne doit pas céder !

0
155

Ces derniers jours, avec l’arrestation de l’opposant Ousmane Sonko placé en garde-à-vue pour trouble à l’ordre public et participation à une manifestation non autorisée, la capitale sénégalaise traverse une crise qui a fini d’impacter beaucoup de secteurs qui en souffrent déjà.

Tout est parti de la journée du 03 mars 2021 date à laquelle le président du parti Pastef les Patriotes, est convoqué au bureau du juge d’instruction pour répondre à des accusations et de la plainte de Adji Sarr, jeune fille de 20 ans, qui l’accuse de viol et de menaces de mort.

Arrêté puis placé en garde-à-vue, ces militants d’abord, pour la plupart de jeunes ont donné le premier tempo de ce qui va être une longue journée de heurts et de violence. Quelques jours après, s’en suit la mort de jeunes, l’un au sud du pays, à Bignona, région de Ziguinchor, en Casamance et l’autre à Dakar, dans ces échauffourées contre les forces de l’ordre.

En réalité, un fait inquiétant, inqualifiable et réprimable, que tout le monde a vu, par la magie des réseaux sociaux, colore ces manifestations de jeunes, âgés en grande majorité de moins de 20 ans, voire de 15 ans. Il s’agit du banditisme, du brigandage, mais surtout du pillage des biens publics et surtout privés qui en restent les faits les plus remarquables et regrettables.

Pour cette raison, pour ne pas plonger davantage ce pays dans le chaos, l’autorité étatiques doit déployer les moins appropriés pour faire face à ces gens qui, en réalité, ne sont pas que de simples militants du Pastef qui expriment leur colère pour l’arrestation d’Ousmane Sonko, mais d’aberrants voleurs et de voyous qui profitent de cette situation pour s’adonner à ses pratiques honteuses.

À cet effet, force doit rester à la loi sans faiblissement. La manifestation, surtout celle autorisée, est un droit fondamental, mais le voler, saccager, piller des boutiques, de petites entreprises privées qui n’ont rien à voir dans cette histoire, sont des délits qui doivent être punis conformément aux textes et législations de ce pays.

Par Cheikh Tidiane Kandé
SENEGO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here