Niger : investiture du président Mohamed Bazoum sous un angle sécuritaire

0
217
Le nouveau président du Niger Mohamed Bazoum a dénoncé, vendredi, des “crimes de guerre” commis dans son pays par des “groupes terroristes”, lors de son discours d’investiture à Niamey. Le pays sahélien fait face à une recrudescence d’attaques jihadistes.

Pour la première transition démocratique du pays, le nouveau président du Niger, Mohamed Bazoum, a dénoncé, vendredi 2 avril, les “crimes de guerre” commis dans son pays par des “groupes terroristes”, lors de son discours d’investiture à Niamey. Pour faire face à une recrudescence d’attaques jihadistes, le nouveau chef de l’État a annoncé que son “agenda diplomatique sera centrée sur le Mali”.

Le Niger est “confronté à l’existence de groupes terroristes dont la barbarie vient de dépasser toutes les bornes” et qui “se livrent à des massacres de civils innocents à grande échelle commettant à l’occasion de vrais crimes de guerre”, a-t-il dit.

Il a estimé que les chefs de ces groupes terroristes “relèvent d’autres pays, jamais aucun chef terroriste n’a fait cas de griefs contre notre État, encore moins formulé la moindre revendication en sa direction”.

Le Niger doit faire face dans sa partie est, proche du Nigeria, aux attaques du groupe jihadiste nigérian Boko Haram, et dans sa partie ouest, proche du Mali, à celles de groupes affiliés au groupe État islamique (EI) et à Al-Qaïda.

Mohamed Bazoum a estimé qu’en ce qui concernait le groupe État islamique au grand Sahara (EIGS) dont les dirigeants “sont des ressortissants du Maghreb” et qui a ses bases “en territoire malien dans les régions de Ménaka et Gao”, le combat “contre lui sera très difficile aussi longtemps que l’État malien n’aura pas exercé la plénitude de sa souveraineté sur ces régions”.

“La situation actuelle du Mali a un impact direct sur la sécurité intérieure de notre pays”, a-t-il affirmé, ajoutant : “c’est pourquoi notre agenda diplomatique sera centré sur le Mali”.

Les attaques contre des civils se sont multipliées depuis le début de l’année au Niger : plus de 300 personnes ont été tuées dans trois séries d’attaques contre des villages et des campements de l’ouest du pays.

La dernière de ces attaques de grande ampleur a eu lieu le 21 mars dans la région de Tahoua, faisant 141 morts dans trois villages touareg et des campements alentour. Cette région, vaste et désertique, se trouve à l’est de celle de Tillabéri, toutes deux proches de la frontière avec le Mali.

 

AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here