MENACES DE PERTURBATION DANS LE SECTEUR DE L’EDUCATION, INSERTION DES JEUNES… Les recommandations de la Cosydep

0
125
Après l’annonce du Chef de l’Etat en faveur de l’emploi des jeunes et pour un fonctionnement normal de l’institution scolaire, la COSYDEP (Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique) a formulé des recommandations pour une meilleure mise en œuvre de la décision. Elles sont contenues dans un communiqué parvenu à notre rédaction hier, mercredi 7 avril.
Sur les menaces de perturbation du système, elle préconise la «revalorisation de l’offre publique d’éducation par l’amélioration de son environnement et la motivation de ses acteurs», «une planification rigoureuse et partagée de la résorption des déficits récurrents en enseignants, équipements, mobiliers, supports pédagogiques, quantum horaire, etc.», un «traitement diligent des alertes et des préoccupations exprimées par les organisations civiles (syndicats, APE, ONG), en évitant toute stratégie de pourrissement», une «mise en œuvre effective des accords Gouvernement – Syndicats, par un monitoring systématique et régulier», «un renforcement de la résilience du réseau scolaire face à tout choc exogène (blocs sanitaires, approvisionnement en eau, sécurisation des établissements, respect des mesures barrières, …)».

Au sujet des demandes d’emploi et d’insertion des jeunes, la COSYDEP recommande d’accélérer «l’application des décisions du Conseil Présidentiel du 5 août 2015, sur les Recommandations des Assises Nationales de l’Education et de la Formation, voie consensuelle pour améliorer l’efficacité interne et externe du système », de « renforcer l’approche systémique concertée pour des réponses efficaces face aux difficultés de qualification et d’insertion des jeunes », « d’exploiter les initiatives sur la qualification et insertion des jeunes ». Selon la COSYDEP, «  cette problématique complexe est fortement liée aux contre-performances de l’économie, à l’inadéquation du système de production des qualifications par rapport aux besoins du marché, au manque d’informations fiables sur le marché du travail, à la méconnaissance des institutions de promotion de l’emploi des jeunes, à la faible capacité de création d’emplois du secteur privé, etc.».

La COSYDEP a salué l’annonce du Président de la République de recruter, dès le mois de mai, 65 000 jeunes dont 5000 enseignants qui, selon elle, participe à la «prise en charge urgente de l’un des plus cruciaux défis qui reste indéniablement la disponibilité d’enseignants en quantité et de qualité».

En effet, elle constate que «cette annonce s’ajoute à celles récentes relatives au renforcement de l’effectif du corps d’encadrement et de contrôle mais aussi à la modernisation des établissements scolaires publics» et recommande que «le recrutement de ces 5 000 nouveaux enseignants se fasse en respect aux acquis d’un intense plaidoyer qui a permis de mettre fin au quota sécuritaire et de garantir les exigences de transparence et de qualité (concours ouvert, niveau BAC, 9 mois de formation au moins)». Cheikh Mbow et CIE proposent dès lors «pour un recrutement exceptionnel, d’accorder la priorité aux enseignants certifiés non recrutés, aux titulaires de diplômes professionnels».

Alhousseyni DJIGO (StaGiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here