Trop travailler augmente la mortalité, selon l’OIT et l’OMS

0
231
Le télétravail a fait augmenter le nombre d'heures travaillées. (Image d'illustration)
Le télétravail a fait augmenter le nombre d’heures travaillées. (Image d’illustration) Photo by Salvatore Laporta/KONTROLAB/LightRocket via Getty 

Avec notre correspondant à GenèveJérémie Lanche – RFI

Le travail, c’est la santé… C’est peut-être vrai, à condition de ne pas y passer trop de temps.

Dans le détail, 398 000 personnes sont mortes d’une crise cardiaque et 347 000 à cause d’une maladie du cœur, parce qu’elles avaient travaillé plus de 55 heures par semaine. C’est aujourd’hui le facteur de risque de maladie le plus important lié au travail. D’où l’importance de bien réfléchir au type de relance économique que les États souhaitent mettre en place, explique Frank Pega, l’un des auteurs du rapport.

« Les études montrent que quand un pays met en place un confinement, les heures travaillées augmentent de 10%. Il semblerait que ce soit à cause du télétravail, même si nous n’en sommes pas sûrs à 100%, constate-t-il. Avec la digitalisation de l’économie, c’est aussi devenu plus difficile pour les travailleurs de déconnecter véritablement. L’autre raison qui explique cette augmentation des heures travaillées, c’est la crise économique. Quand les gens ont peur pour la sécurité de l’emploi, ils ont tendance à travailler plus pour tenter de le garder. »

9% de la population mondiale serait touchée par ces heures à rallonge, et particulièrement les hommes, qui représentent 72% des décès. Il y a de grandes disparités selon les régions cependant. Parce que même si on pense aux effets potentiellement délétères du télétravail, les personnes qui passent plus de 55 heures par semaine à leur poste se trouvent surtout en Asie du Sud-Est, dans le Pacifique et en Afrique. Là où le travail informel est le plus répandu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here