RAPPORT SUR LES DECHETS ELECTRONIQUES – Péril sur les enfants et les femmes enceintes

0
189
Un tsunami de déchets électroniques. Voilà le nouveau fléau qui s’abat sur la planète, constituant un grand danger pour la santé des enfants. L’OMS, dans son rapport publié hier, appelle à des mesures plus efficaces et plus contraignantes, pour protéger notamment les enfants de cette menace croissante.

 

Des mesures efficaces et contraignantes doivent être adoptées d’urgence, pour protéger les millions d’enfants, d’adolescents et de femmes enceintes dans le monde. C’est l’alerte lancée, hier, par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Qui attire l’attention des décideurs sur le traitement informel des équipements électriques ou électroniques mis au rebut. Le directeur général de l’OMS renseigne que les volumes de production et d’élimination des équipements ne cessent d’augmenter. De ce fait, le monde est confronté à ce qu’un récent forum international a qualifié de tsunami de déchets électroniques en progression constante, mettant en danger la santé et des vies humaines.

‘’De la même manière que le monde s’est mobilisé pour protéger les mers et leurs écosystèmes de la pollution due aux plastiques et aux microplastiques, nous devons nous mobiliser pour protéger notre ressource la plus précieuse. C’est-à-dire la santé de nos enfants de la menace croissante des déchets électroniques’’, conseille le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus dans le nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé intitulé ‘’Children and Digital Dumpsites (Les enfants et les décharges de déchets électroniques).

Pour une future mère, l’exposition à des déchets électroniques toxiques peut avoir des conséquences néfastes à vie sur la santé et le développement de son enfant à naître. Parmi ces effets nocifs potentiels pour la santé, figurent l’issue négative de la grossesse, comme la mortinaissance ou la naissance prématurée, ainsi qu’un faible poids ou une petite taille à la naissance.

Un lien a été établi entre l’exposition au plomb provenant des activités de recyclage des déchets électroniques et des scores d’évaluation neuro-comportementale néonatale considérablement réduits. Il est noté, également, une augmentation des taux de troubles de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH), des problèmes de comportement, des changements d’humeur de l’enfant, des difficultés d’intégration sensorielle et des scores cognitifs et langagiers inférieurs.

Le rapport souligne que les enfants exposés aux déchets d’équipements électriques et électroniques sont particulièrement vulnérables aux produits chimiques toxiques que ceux-ci contiennent. Cela, en raison de leur plus petite taille, du moindre développement de leurs organes et de leur rythme de croissance plus rapide. Ils absorbent proportionnellement plus de polluants et leur organisme est moins capable de métaboliser ou d’éradiquer les substances toxiques. ‘’Un enfant qui mange un seul œuf de poule venant d’Agbogbloshie, une décharge de déchets située au Ghana, ingérera 220 fois la dose quotidienne tolérable de dioxines chlorées fixée par l’Autorité européenne de sécurité des aliments’’, déclare Marie-Noel Brune Drisse, l’auteur principale du rapport de l’OMS.

Elle pointe du doigt la mauvaise gestion des déchets électroniques. Qui est un problème croissant que de nombreux pays ne reconnaissent pas encore comme un problème de santé. ‘’S’ils n’agissent pas maintenant, ses impacts auront un effet dévastateur sur la santé des enfants et pèseront lourdement sur le secteur de la santé, dans les années à venir’’, prévient-elle.

Risque de cancers et maladies cardiovasculaires

Par ailleurs, l’OMS renseigne que pas moins de 12,9 millions de femmes travaillent dans le secteur informel des déchets. Ce qui les expose potentiellement à des déchets électroniques toxiques et les met en danger, elles et leurs enfants à naître. Parallèlement, plus de 18 millions d’enfants et d’adolescents, dont certains n’ont pas plus de 5 ans, font partie de la main-d’œuvre active du secteur industriel informel, dont le traitement des déchets est un sous-secteur.

Les enfants, relève le rapport, sont souvent incités par leurs parents ou les personnes qui en ont la charge à travailler dans le recyclage des déchets électroniques, parce que leurs petites mains sont plus habiles que celles des adultes. D’autres enfants vivent, vont à l’école et jouent à proximité des centres de recyclage des déchets électroniques où des niveaux élevés de produits chimiques toxiques, principalement du plomb et du mercure, peuvent nuire à leurs capacités intellectuelles.

Parmi les autres conséquences néfastes sur la santé des enfants liées aux déchets électroniques, on peut mentionner les altérations de la fonction pulmonaire, les effets respiratoires, les dommages à l’ADN. Il y a aussi les troubles de la fonction thyroïdienne et le risque accru de certaines maladies chroniques plus tard dans la vie, comme les cancers et les maladies cardiovasculaires.

Les experts de l’OMS annoncent que les volumes de déchets d’équipements électriques et électroniques sont en hausse à l’échelle mondiale. Selon le Global E-waste Statistics Partnership (GESP), ils ont augmenté de 21 %, au cours des cinq années qui ont précédé 2019, année au cours de laquelle 53,6 millions de tonnes de déchets électroniques ont été générées.

À titre de comparaison, les déchets électroniques produits l’an dernier représentaient l’équivalent, en poids, de 350 navires de croisière qui, placés bout à bout, formeraient une ligne de 125 km de long.

Cette augmentation du volume des déchets, explique le Dr Tedros, devrait se poursuivre, à mesure que l’utilisation des ordinateurs, des téléphones portables et des autres appareils électroniques dont l’obsolescence est rapide, continue de progresser. ‘’Seulement 17,4 % des déchets électroniques produits en 2019 sont parvenus jusqu’aux installations formelles de gestion ou de recyclage. Le reste étant mis au rebut illégalement, principalement dans des pays à revenu faible ou intermédiaire où ils sont recyclés par des travailleurs du secteur informel.

La collecte et le recyclage appropriés des déchets d’équipements électriques et électroniques sont pourtant essentiels pour protéger l’environnement et réduire les émissions nocives pour le climat’’, souligne le Dr Tedros.

VIVIANE DIATTA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here