Réseaux sociaux en Inde: un programme humoristique pour éduquer contre la désinformation

0
167

L’Inde est le premier marché de réseaux sociaux au monde : un utilisateur de Facebook sur 6 est Indien, et un sur 5 pour WhatsApp. Mais cela est arrivé en quelques années seulement, et un grand nombre d’Indiens ne connaît pas les risques liés à leur utilisation. Les fausses informations se répandent donc rapidement, entraînant parfois des violences mortelles. Une organisation va donc lancer un programme d’éducation aux réseaux sociaux, en ligne, et en utilisant l’humour.

de notre correspondant à New Delhi, – RFI

Cela commence comme une scène de la vie de tous les jours : un homme d’âge moyen, qui peut être l’oncle de tout Indien, publie sur Facebook une belle photo de lui devant des montagnes, et affirme qu’il est en Suisse. Sauf que sa nièce sait qu’il était dans les montagnes indiennes, et révèle son mensonge. Cette scène comique et d’apparence anodine permet à une deuxième actrice de décrire, avec des mots simples, ce qu’est la désinformation sur les réseaux sociaux. Le même procédé comique et pédagogique se répète ensuite pour enseigner aux internautes indiens comment protéger son compte contre le vol d’informations privées ou contre le harcèlement en ligne.

Une éducation qui manque cruellement

Ces dernières années, grâce à la chute des prix de l’internet mobile, des centaines de millions d’Indiens des classes populaires, parfois à peine lettrés, ont d’un coup eu accès aux réseaux sociaux. Et sont victimes de ses excès. Des dizaines de personnes ont été lynchées à mort dans les campagnes indiennes, par exemple, suite à une vague de fausses rumeurs sur WhatsApp, alertant les gens contre des enlèvements d’enfants.

Priyank Mathur, le fondateur de Mythos Labs, nous explique pourquoi il a inventé ce programme. « Quand je joue au football sur ma console, je dois commencer par m’entraîner aux commandes : presser B pour passer, A pour tirer… Pourquoi ce genre d’apprentissage n’existe-t-il pas pour Facebook, Instagram ou TikTok ? Les gens peuvent faire beaucoup de mal s’ils ne savent pas ce qu’ils font sur ces réseaux. Comme harceler d’autres internautes ou répandre de fausses informations. Donner accès aux gens aux réseaux sociaux sans leur enseigner comment les utiliser, c’est comme leur donner les clés d’un camion sans leur donner un leçon de conduite. »

Que deviendra ensuite ce programme ?

Dans quelques semaines, il sera accessible en ligne gratuitement en Inde. Chaque internaute pourra regarder ces courts sketchs, puis répondre à un questionnaire pour savoir s’il a tout retenu. Si c’est le cas, il ou elle obtiendra un diplôme de maîtrise des réseaux sociaux, un prix symbolique mais incitatif pour les Indiens. Ce programme appelé SMILE pourrait ensuite être répliqué dans d’autres pays : les États Unis et la Libye, entre autres, sont intéressés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here